Melnikov Alexander, piano

Né à Moscou en 1973, Alexander Melnikov a interprété à l’âge de 12 ans le Premier concerto de Rachmaninov. Ses rencontres avec Sviatoslav Richter comptent parmi les influences qui l’ont le plus marqué au niveau classique. À l’âge de dix-huit ans, il s’est engagé de façon intensive dans la pratique des instruments historiques et, depuis, se produit volontiers et souvent au pianoforte. L’influence d’Andreas Staier et d’autres dans ce secteur a été décisive. C’est avec lui qu’Alexander Melnikov se fait entendre dans un projet particulier, une sorte de conversation musicale, qui se compose d’extraits du Clavier bien tempéré de Bach (Andreas Staier, clavecin) et des 24 Préludes et Fugues de Chostakovitch (Alexander Melnikov, piano).
L’enregistrement du cycle Chostakovitch paru en 2010 chez harmonia mundi a remporté, entre autres, le BBC Music Magazine Award 2011, le Choc de Classica 2010 et le Jahrespreis der Deutschen Schallplattenkritik. En 2011, le BBC Music Magazine l’a qualifié comme l’un des 50 enregistrements les plus importants de tous les temps. Le grand succès en concert au Wiener Konzerthaus en novembre 2010 a été suivi d’autres interprétations de l’ensemble des Préludes et Fugues à Berlin, San Francisco, Amsterdam, Anvers, Tokyo et Nagoya, entre autres.
Le lien avec le label harmonia mundi s’est tissé grâce à son contact avec la violoniste Isabelle Faust, sa partenaire régulière de duo depuis de longues années. Elle a également participé à l’enregistrement intégral des sonates pour piano et violon de Beethoven, devenu depuis une référence. Ce CD a été récompensé, entre autres, par le Gramophone Award et le prix ECHO Klassik 2010 et nommé pour le Grammy de la même année. Chez harmonia mundi, Alexander Melnikov a par ailleurs enregistré des œuvres de Brahms, Rachmaninov et Scriabine ; février 2012 a vu paraitre l’enregistrement longuement attendu des concertos pour piano de Chostakovitch avec le Mahler Chamber Orchestra sous la baguette de Teodor Currentzis.
Une pratique chambriste intense aux côtés d’autres partenaires tels que les violoncellistes Alexander Rudin et Jean-Guihen Queyras, ainsi que le baryton Georg Nigl, constitue pour Melnikov une composante indispensable de son travail. Avec Teunis van der Zwart (cor), Marcel Ponseele (hautbois), Lorenzo Coppola (clarinette) et Javier Zafra (basson), il envisage d’ailleurs d’élaborer un programme pour quintette à vent.
Ses récitals le mènent régulièrement dans les salles de concert les plus prestigieuses telles que le Concertgebouw d’Amsterdam, le Théâtre du Châtelet à Paris, le Suntory Hall à Tokyo, l’Alte Oper de Francfort ainsi que le Wigmore Hall à Londres. Parmi les orchestres qui l’ont invité en soliste figurent l’Orchestre royal du Concertgebouw et le Gewandhausorchester de Leipzig, l’Orchestre Symphonique de la NDR et le Philadelphia Orchestra, l’Orchestre Symphonique de la Radio de Francfort et le Mahler Chamber Orchestra, l’Orchestre national de la Russie et l’Orchestre Symphonique de Madrid, l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam, le BBC Philharmonic, l’Orchestre Symphonique NHK et l’Orchestre Philharmonique de Tokyo.
Au cours de la saison 2012/13, Alexander Melnikov se fera entendre entre autres avec l’Orchestre Philharmonique de Munich, l’Orchestre Philharmonique de Nuremberg, l’Orchestre Symphonique de la SWR de Baden-Baden et Fribourg-en-Brisgau, l’Orchestre Symphonique de Stavanger et la Tapiola Sinfonietta. Il sera de plus l’invité du Festival International Chopin de Varsovie, du Festival de Musique de chambre de Jérusalem, des Niedersächsische Musiktage, de la Semaine Mozart de Salzbourg, du Festival Zaubersee à Lucerne, du Hindsgavl Festival et de l’Eilat Festival. Prochainement, des récitals en solo et de musique de chambre seront réalisés, entre autres, au Konzerthaus de Berlin, au Mozarthaus de Vienne, au Muziekgebouw d’Amsterdam, au Wigmore Hall de Londres et au Phillips Collection de Washington, DC.


Rencontres musicales avec Cédric Pescia 2018